Pourquoi les boîtes de nuit ferment ?

pourquoi les boites ferment

Pourquoi les boîtes de nuit ferment ? À force de constat des soirées qui changent, des discothèques qui disparaissent, on se rend bien compte que l’apogée du clubbing n’est plus. Pourquoi les boîtes de nuit ferment ? C’est ce qu’on va voir ensemble. Si vous en parlez à vos proches au début, ils ne vont pas vous croire, mais en échangeant avec des professionnels de la musique électronique, force est de constater qu’il y a bien un déclin du clubbing. 

En France, cela a commencé par les petites boites de campagne et province et cela a fini par toucher les piliers comme l’incontournable Queen sur les champs Élysées. Dernièrement, c’est la fermeture du Concrete qui a attristé Paris. 

Alors, aujourd’hui on se demande, pourquoi les boîtes de nuit ferment ? Et même. est-ce la fin du clubbing ?

Le constat : le nombre de boîtes de nuit a été divisé par deux depuis 1980 nous dit le Parisien. “Entre 2008 et 2010, 800 discothèques ont mis la clé sous la porte.” Source 

Bien avant de tomber sur ces chiffres, j’ai écouté les personnages clé de la scène électro comme Bob Sinclar qui en parlait déjà il y a quelques années en interview, mais aussi en allant dans des réunions d’information d’écoles de DJ. Elles expliquent clairement que le métier a évolué, que le clubbing aussi et qu’il fallait donc suivre…

 

Alors pourquoi les boîtes de nuit ferment ? 

 

  1. La conjoncture économique
    Faire la fête n’est pas une nécessité. Les entrées, vestiaires, bouteilles en boite de nuit, cela coûte beaucoup d’argent. La boite est devenue BLING BLING. Alors, quand on peut et veut faire la fête, on s’invite chez les uns et autres ou on va dans les bars…
  2. Les bars et concerts sont un autre moyen de faire la fête, de façon plus conviviale et aussi de manière plus abordable, tout au long de l’année. 
  3. Les clubs semblent être responsables de tous les maux : alcool, drogue… On a vu ce souci arriver en Angleterre avec la fermeture temporaire du club londonien mythique la fabric, mais aussi dernièrement Paris ici. C’est certain, les clubs ont leur part de responsabilités sur la sécurité de ses fêtards mais le problème est qu’ils sont souvent seuls à lutter tout en étant constamment remis en cause pour tout. La prévention n’est pas assez mise en avant et la communication est quasi inexistante. 
  4. La ringardisation des clubs. Pourquoi les boîtes de nuit ferment ? Aller en boite le samedi soir, c’est quand même devenu très “beauf”, on ne va pas se mentir. «  À mon époque, nous n’avions pas vraiment de culture musicale. Aujourd’hui, les jeunes ont une vision qualitative de la musique qui est tout à fait différente de celle que l’on avait. Le contexte culturel a changé ainsi que l’appréhension de la musique.» Patrick Malvaës, le président national du SNDLL, Le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs.« On est effarés lorsque l’on découvre que la chanson la plus jouée dans certains clubs est Magnolia…. Il poursuit en expliquant dans cet article que le digital a permis aux gens de se rencontrer sans les boites et que le monde de la nuit n’est pas toujours en phase avec la réalité. « Il y a des sites internet qui sont complètement obsolètes avec des photos ringardes. Ils n’ont pas su passer à Instagram ou Snapchat par exemple…C’est quand même affolant, il y a eu un retard à l’allumage concernant la révolution numérique. Dans la grande mouvance qui est en cours, il y a une grande difficulté à appréhender les désirs et les évolutions. Il y a des gens qui passent à Facebook, mais c’est déjà fini chez les jeunes. L’obsolescence n’est pas programmée, elle est inéluctable.»Cet aspect mériterait d’être reflechi car c’est quelque chose que j’explique volontiers sur Instagram et qui m’a clairement choquée en revenant en France, en particulier en province. La communication digitale des clubs est à revoir complètement mais beaucoup d’entre eux continuent de faire des dépenses astronomiques pour des artistes sans savoir communiquer sur leur lieu et événements…ET LE R.O.I ??? Retour sur investissement en Marketing.

    Si je prends l’exemple de Reims qui est pourtant un berceau extraordinaire de la musique électronique, vous allez rester assis devant le peu de communication digitale des clubs de la ville, il ya un retard de plus de 5 ans. Pourtant, des beaux et grands noms passent ici : Martin Solveig, Pedro Winter, Laidback Luke…et aucune annonce, si ce n’est un pauvre post Facebook…

  5. Les festivals et autres événements
    Pourquoi les boîtes de nuit ferment ? On terminera par ce cinquième aspect qui n’est pas à prendre à la légère. Les gens font toujours la fête oui, mais autrement. En plus des bars ambiances tendances, la mode n’est plus de dépenser tout son argent en boite de nuit mais plutôt de profiter pleinement d’un live. L’esprit tendance des festivals, c‘est réunir les vacances et le voyage tout en profitant de plein d’artistes en même temps, au même prix qu’une entrée et conso de boite de nuit.
    Si vous prenez ma génération de trentenaire qui sortait beaucoup en boite avant, aujourd’hui, elle ne sort quasi plus en club ou alors pour des artistes vraiment exceptionnels… Elle préfère dépenser le budget d’un week-end en Europe pour aller au Lollapalooza ou à l’ADE par exemple. Le rapport qualité prix fait toute sa différence. N’hésitez pas à partager selon vous, vos facteurs, pourquoi les boîtes de nuit ferment ?

 

Alors comment les boîtes de nuit peuvent s’en sortir ? Deux clés importantes :

A. Développer sa communication digitale

B. Se diversifier comme l’exemple du Ministry of Sound 

 

Pour en savoir plus sur les festivals : click ici : https://www.musicandwanderlust.com/category/music/

clubbing fin

Suivre:
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *